Consommer sa propre électricité et revendre le surplus en Bretagne et partout en France

Autoconsommation solaire et vente de surplus

L’électricité créée par une installation photovoltaïque peut être soit consommée instantanément par le producteur (autoconsommation), soit injectée sur le réseau pour être vendue (vente de surplus).

 

 

 

Installation photovoltaïque en autoconsommation

L'autoconsommation

 

Les panneaux solaires en autoconsommation vous permettent de produire et de consommer votre propre énergie. Le principe est que les panneaux solaires installés sur votre propriété ou entreprise, produisent de l’électricité qui est consommée en direct. Vous achetez donc moins d’électricité à votre fournisseur d’énergie et réduisez le montant de vos factures jusqu’à 45%.

 

On parle d’autoconsommation totale lorsque l’installation est raccordée sur une installation de consommation, elle-même raccordée au réseau, et que le producteur s’engage à ne rien injecter sur le réseau public.

 

Les avantages notables de l’autoconsommation

 

  • Economies importantes sur la facture d’électricité
  • Possibilité de revendre le surplus de production
  • Utilisation d’une énergie renouvelable et produite localement
  • Coûts d’installation plus bas qu’en revente totale
  • Autonomie possible grâce aux batteries solaires
  • Prime à l’autoconsommation
  • Plus d’indépendance vis-à-vis des fournisseurs d’électricité

 

La vente de surplus

 

L’autoconsommation permet de réduire votre facture d'électricité. Mais ce n’est pas le seul avantage d’une installation photovoltaïque.

Il est envisageable d’obtenir un complément de revenus en revendant le surplus de production

Le surplus photovoltaïque est la quantité d’électricité produite par des panneaux solaires qui n’est pas consommée et qui est vendue automatiquement sur le réseau Enedis. 

Enedis gère le réseau de distribution d'électricité sur 95% du territoire métropolitain continental. 

 

En effet, il est possible lorsque le soleil est bien placé et qu’il n’y a pas d’éléments perturbateurs, que les panneaux solaires produisent plus d’électricité que l’on ne consomme.

 

Au lieu de perdre ce surplus comme en autoconsommation totale, il est possible de le vendre à un fournisseur. Dans ce cas, chaque kWh produit par les panneaux solaires est exploité. Une fois acheté par le fournisseur, le surplus est injecté dans le réseau local pour alimenter les habitations du voisinage.

 

La vente du surplus d’électricité à un fournisseur est très encadrée. Pour revendre son surplus, chaque particulier doit signer un contrat d'obligation d'achat. Ce contrat est valable pour une durée de 1 à 20 ans selon le fournisseur et le prix de vente du kWh est fixe pendant toute la durée du contrat.

 

La vente de la totalité

 

Dans le cas de la vente de la totalité, l’installation est raccordée au réseau avec un compteur de production en parallèle du compteur de consommation.

 

La totalité de l’électricité produite est vendue. Une partie peut être consommée par le producteur si la consommation et la production ont lieu simultanément : dans ce cas, l’électricité produite est d’abord vendue via le compteur de production puis achetée via le compteur de consommation. On parle alors d’autoconsommation du point de vue du flux électrique. 

 

 

Production d'électricité solaire et autoconsommation

Quelle est la part d’énergie produite consommée ?

 

L’Institut de Recherche en Économie Écologique de Berlin, à mené une étude à ce sujet en 2011.

 

Avec les données suivantes :

  • pour des ménages allant de deux à quatre personnes
  • sur des installations de 3 à 5 kWc
  • avec des productions de 800 à 1000 kWh/kWc annuels
  • et sans système de stockage.
L’Institut berlinois annonçait en moyenne 20% de l’électricité produite consommée par le foyer producteur.

Bien entendu, une installation photovoltaïque plus importante offrira d’autres résultats. Il est important aussi de noter que l’étude ne donne pas d’indication sur la vente de surplus.

 

Les plus de l’étude, pour aller plus loin dans l’autoconsommation

 

  • Une modification des habitudes de consommation : consommer de l’électricité au moment où le kit solaire produit, permet d’atteindre un taux de production consommé de 40 %.
    En effet, le fait d’être en autoconsommation peut pousser naturellement les producteurs d’électricité à adapter leur façon de consommer leur énergie. Par exemple, dans une habitation, on pensera plus facilement à faire fonctionner la machine à laver, le sèche linge, le chauffe-eau, etc. en pleine journée. Il est également possible d’optimiser une installation en autoconsommation en réalisant des réglages très simples ; comme la surpression des heures creuses de nuit.
  • Associé à un système de batterie, l’étude nous annonce 90 % d’autoproduction consommée. Il existe des systèmes domotiques très simples permettant d’optimiser la production solaire ; par exemple en envoyant l’électricité produite (et non consommé immédiatement) vers un ballon d’eau chaude électrique, au lieu de la réinjecter dans le réseau.

 

Il existe des systèmes domotiques permettant d’optimiser la production photovoltaïque et solaire ; en envoyant l’électricité produite (et non consommé immédiatement) vers un ballon d’eau chaude électrique, au lieu de la réinjecter dans le réseau.

 

Il est parfaitement possible d’optimiser une installation en autoconsommation en réalisant des réglages très simples ; comme la suppression des heures creuses de nuit. En effet, avec l’exemple d’une centrale solaire de petite puissance pour particuliers, il est préférable de faire fonctionner le chauffe-eau en pleine journée. Ainsi, vous bénéficiez d’un chauffe-eau solaire photovoltaïque ou éolien, selon le mode de production choisi. Avec un petit boîtier de régulation « SOLAR I-BOOST + », si le taux d’autoconsommation est plus faible que la production, l’énergie surproduite sera alors déviée pour alimenter le chauffe-eau, nous pouvons donc parler d’une forme de stockage différente des batteries …

 

Pour plus d’informations sur SOLAR I-BOOST +, nous vous invitons à consulter la brochure officielle du boitier (en français page 4)